Transmission

Comment transformer le mouvement de rotation du capteur anémométrique en un signal électrique directement exploitable ?

Nous avons répertoriez 3 solutions techniques. Celles-ci ont déjà été retenues par les fabricants d’anémomètres déjà présents sur le marché.

Solution n°1 : procédé optique

Fourche optique + roue dentée

Une roue dentée est montée en bout d’arbre. Les encoches entre les dents disposées régulièrement à sa périphérie laissent passer le faisceau lumineux généralement émit par une DEL à infrarouge (IR). Le récepteur généralement un photo-transistor réagit quand la lumière (IR) atteint sa base. Il devient alors passant. La fréquence du signal électrique issue du transistor est proportionnelle à la vitesse de rotation de l’axe et dépend du nombre de trous rencontrés.

Données techniques

___

__

Solution n°2 : procédé électromagnétique

Aimant + bobine

Le principe de transmission est astucieux. L’éolienne en rotation entraîne un aimant permanent qui crée un champ tournant. Le récepteur, est une bobine fixe et constituée de nombreuses spires. La bobine est placée dans un champ magnétique alternatif de fréquence proportionnelle à la vitesse de rotation de l’axe. Aux bornes de la bobine, par phénomène d’induction, on récupère une tension alternative de quelques microvolts (µV).
La fréquence du signal électrique obtenue par induction est proportionnelle à la vitesse de rotation de l’axe du capteur.

Solution n°3 : procédé magnéto-mécanique

Aimant + I.L.S

L’aimant est entraîné en rotation par l’axe du capteur. Le champ magnétique tournant permet de commander l’ILS à « distance ». L’interrupteur à lame souple (ILS) est alimenté en courant. Il se ferme ou s’ouvre en fonction de la position de l’aimant et laisse passer périodiquement le courant. Ensuite, ce signal électrique peut être adapté et converti par un dispositif électronique.
Données techniques

Concernant notre anémomètre…

Après plusieurs essais, nous avons retenu la solution N°3 pour transformer la rotation du capteur en un signal électrique facilement exploitable. L’interrupteur à lame souple est une technologie de conception simple et qui a fait ses preuves.

Contrairement à la solution N°1 utilisant une fourche optique , la mise en œuvre de l’I.L.S ne demande pas un positionnement très précis.

Quand à la solution N°2 utilisant une bobine, elle a pour principal inconvénient d’être sensible aux interférences électromagnétiques et se comporte comme une véritable antenne qui à tendance à capter les signaux parasites ambiants.

Les commentaires sont fermés.